Station "L'homme et le cosmos"

Station "L'homme et le cosmos"
Cadran solaire analemmatique - juin 2014

Contacts

PRESENTATION

Retrouvez facilement les sites Internet du Chemin du philosophe en tapant #cheminphilo ou "cheminphilo" sur votre moteur de recherche Internet préféré.

Pour découvrir le Chemin du philosophe : un petit film

Pour mieux nous connaître :

site internet de l'Assocation

site internet de l'ONF

Pour télécharger la brochure 2015 du Chemin du Philosophe

Audioguide du Chemin du philosophe en forêt, télécharger sur smartphone via le lien ou avec le code QR (en forêt le chargement par QR dépend du réseau de votre fournisseur d'accès ).

S'y promener avec ValdoiseMyBalade.

Pour trouver le Chemin du Philosophe : carte (avec le GPS, programmer 179, rue de Paris, Montlignon, le parking est proche)

Depuis le 11 mai 2020, l'accès du public à la forêt domaniale de Montmorency est à nouveau autorisé.


L'adhésion à l'association implique une éthique de neutralité et de tolérance ainsi qu'une étiquette de courtoisie.
Pour adhérer à l'association ou renouveler annuellement : Bulletin d'adhésion

Pour nous écrire : cheminduphilosophe(arobase)wanadoo.fr

Programme des activités

PROGRAMME DES ACTIVITES

Mise à jour 24/10/2020

NOS CAFÉS PHILO

Nos cafés philo fonctionnent selon les principes de neutralité et de partage

énoncés, par exemple, sous l'onglet "Qu'est-ce?" du site de cafesphilo.org ou la vidéo.

A Bouffémont, ils sont tenus en général à 20 heures les derniers vendredis du mois, sauf pendant les vacances scolaires.

Pour des raisons sanitaires et jusqu’à nouvel ordre, les cafés philo de Bouffémont se tiendront au centre culturel et non au centre Lesseps.

Les règles sanitaires devront être respectées pendant les réunions, notamment le port du masque et la distanciation.

Prochains cafés philo

à 95570 BOUFFEMONT

Centre culturel

1, rue Jean-Baptiste Clément

Plan d’accès : http://tinyurl.com/philobouffemont

ENTREE LIBRE

Vendredi 27 novembre 2020 à 20 h : « Avons-nous raison de craindre l’incertitude ? »

En attente de l’évolution des mesures sanitaires liées au Covid

Vendredi 29 janvier 2021 à 20 h : « Le moi n’est-il qu’une illusion ? »

ooo

à 95580 MARGENCY

adresse à préciser

Sur réservation (places limitées) tél. : 01 34 27 40 40

Jeudi 03 décembre 2020 à 20 h : « L'art nous rend-il plus humains ? »

Jeudi 04 février 2021 à 20 h : « Travailler moins est-ce vivre mieux ? »

ooo

AUTRES ACTIVITES

AG 2020

Vendredi 06 novembre 2020 à 20 h 30

Annulée et reportée en 2021

La convocation sera adressée à temps aux adhérents.

ooo

Promenade d’hiver annuelle

Thème 2020: « Le feu »

Sur le Chemin du philosophe en forêt

Dimanche 6 décembre de 10 h à 12 h 30

Départ devant le Château de la chasse Montlignon (95).

samedi 17 octobre 2020

Compte rendu du Café philo du vendredi 16 octobre 2020 Sécurité Liberté

 






Nous étions 18 personnes à participer à ce café philo, le vendredi 16 octobre 2020, dans la grande salle du centre culturel de Bouffémont (Val d’Oise) sur le thème :

 « Sécurité et liberté »

Les thèmes des prochains cafés philo sont :

?? Vendredi 27 novembre 2020 à 20 h ?? : « Avons-nous raison de craindre l’incertitude ? » La date et le lieu sont incertains actuellement en raison du Covid

Vendredi 29 janvier 2021 à 20 h : « Le moi n’est-il qu’une illusion ? »

 

Télécharger ce compte rendu http://u.pc.cd/qKvctalK    avec les présentations de Catherine Delaunay, Daniel Croquette et de Pierre Haller.

Les enregistrements audio peuvent être écoutés

Catherine Delaunay :  http://u.pc.cd/DwkotalK  (28 minutes)

Daniel Croquette : http://u.pc.cd/cus  (6 minutes)

Pierre Haller : http://u.pc.cd/1UkrtalK  (16 minutes)

 

ooo

 

Paroles entendues

+ On surprotège les enfants qui réclament liberté et sécurité.

+ Né en 1938, les couvre-feux pendant la guerre mondiale étaient autrement plus contraignants qu’aujourd’hui. Soldat pendant la guerre d’Algérie, j’ai vu les contrevenants aux couvre-feux se faire tabasser. J’ai connu le Portugal sous Salazar, la RDA sous Ulbricht, si on respectait strictement les lois, c’était viable. Ce qu’on y vivait était différent de ce qu’on en disait à l’étranger.

+ La discipline est nécessaire à la liberté. Il ne faut pas associer la discipline au totalitarisme.

+ La vie c’est la relation à l’autre.


+ En URSS, les femmes pouvaient se promener seules. La liberté intellectuelle est en danger aujourd’hui.

+ L’enfant qui commence à marcher a besoin de confort et de sécurité. Il n’y a pas de tension entre liberté et sécurité. Après le Covid, il faut s’attendre à une explosion de libertés.

+ L’Etat a pour mission à travers la loi d’assurer liberté et sécurité. Les mesures exceptionnelles doivent être limitées dans le temps.

+ Quand on édicte des lois liberticides, elles doivent s’appliquer à tout le monde.

+ Le climat d’insécurité a augmenté au cours des décennies. Le déclin des rites de passages y est corrélé. Ce n’est pas pareil de mourir du Covid ou avec le Covid.

+ Avec le couvre-feu, on nous empêche de sortir avant tout pour sauver l’hôpital...Ceux qui ont décidé la destruction des masques sont toujours au pouvoir.

+ Il faut un juste dosage liberté-sécurité. Les atteintes à l’intimité par le captage des informations personnelles ne sont pas toujours comprises comme des atteintes à la liberté. Avec les assurances, on se met en sécurité grâce à l’argent. Les Etats ont aussi besoin de sécurité, d’où les armées, la diplomatie, les règles internationales.

+ En RDA, la réduction de la liberté était compensée par une plus grande solidarité entre les gens. Les jeunes avaient une autre conception de la liberté. Nous sommes gâtés, en France.

+ Les standards médicaux évoluent. Les lois de bioéthiques conduisent à conflits de droit.

+ L’histoire officiellement enseignée manipule la liberté et la sécurité.

+ Les premiers camps de concentration datent de 1901.

+ Citation  attribuée à Franklin et contestée : Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.

+ Il faut respecter la liberté de l’autre.

+ On peut perdre la liberté sans pour autant gagner en sécurité. La liberté d’expression est menacée par les groupes financiers, par la pensée unique. La liberté de pensée est menacée partout dans le monde par le numérique et avec notre consentement. Les fake news ont commencé avec la publicité.

+ Il faut prendre les décisions en fonction des plus faibles.

+ Les statuts de liberté et de sécurité sont différents pour les femmes et les hommes.

+ Le Covid plonge encore davantage les gens dans l’isolement : télétravail, vie sociale.

+ La servitude volontaire de la Boétie existe toujours.

+ On impose des restrictions à la liberté au lieu de la responsabilisation.

+ L’amour du prochain doit limiter le conflit liberté-sécurité.

+ Les plus pauvres n’ont ni la liberté ni la sécurité. Les situations d’insécurité sont source d’imagination et d’innovation.

+ Le fossé entre les riches et les pauvres s’exprime en termes de liberté et de sécurité.

+ L’Etat doit inspirer la confiance plutôt que la crainte.

+ Nous avons beaucoup de libertés et de sécurité dont nous ne profitons pas.

 

ooo

mardi 6 octobre 2020

Rando philo du collège Jean Moulin de Sannois


Soixante élèves de sixième, cinquième et quatrième du collège Jean Moulin de Sannois (Val d’Oise), ainsi que onze enseignants, ont participé ce mardi matin 06 octobre 2020 à une rando philo de trois heures sur le Chemin du philosophe en forêt domaniale de Montmorency. Les explications historiques et philosophiques ont été données sur un certain nombre de stations par cinq animateurs de l’Association du Chemin du philosophe (Catherine D., Christine S., Christine C., Philippe H., Pierre H.). La météo a bien voulu se montrer indulgente en cette période pluvieuse, rendant la promenade particulière agréable et animée. Les élèves sont restés attentifs, ont posé beaucoup de questions, ont participé à deux ateliers de dessin et de photo. Il convient de saluer cette initiative du corps enseignant d’ouvrir l’esprit des élèves très tôt à la pensée philosophique et de les rapprocher de la nature par la fréquentation de la forêt. 

 


 

vendredi 2 octobre 2020

Compte rendu du Café philo du jeudi 1er octobre 2020 : tolérance

 


Nous étions 16 personnes à participer à ce café philo, le jeudi 1er octobre 2020, dans la bibliothèque municipale Jean d’Ormesson, 3ter rue Louis Muret 95580 Margency, sur le thème :

 « La tolérance a-t-elle des limites ? »

Ces cafés philo à Margency auront lieu un mois sur deux les premiers jeudis du mois.  Les thèmes des prochains cafés philo à Margency ont été choisis :

Jeudi 03 décembre 2020 à 20 h : « L'art nous rend-il plus humains ? »

Jeudi 04 février 2021 à 20 h : « Travailler moins est-ce vivre mieux ? »

 

Télécharger ce compte rendu http://u.pc.cd/9ioitalK   avec les présentations de Catherine Delaunay et de Pierre Haller.

Les enregistrements audio peuvent être écoutés

Catherine Delaunay :  http://u.pc.cd/TPOrtalK

Pierre Haller : http://u.pc.cd/JTVotalK

 



ooo

Paroles entendues

+ L’intolérance a lourdement sévi dans le monde chrétien au Moyen-âge jusqu’à la Renaissance. Les philosophes des Lumières ont conduit à la Révolution de 1789 et à la République.

Citation de Mark Twain : « Il y a des gens qui, à propos de certains problèmes, font preuve d’une grande tolérance. C’est souvent parce qu’ils s’en foutent. ». Beaucoup de gens sont tolérants par suite de l’absence de conviction. Pourquoi ce laisser-faire aujourd’hui ?

+ On est aujourd’hui sur une autre planète que par le passé. Tout va vite, on n’a plus le temps de penser. Tout se vaut. On n’a pas le choix.

La 5G c’est bien pour certains, mais pas pour le bien commun.

+ La tolérance, c’est bien, mais qu’est-ce que le bien ?

+ Les convictions et leurs modes d’expression ont changé.

+ La tolérance a une dimension collective (l’Etat) et une dimension individuelle.

+ La tolérance est liée et tributaire de la technologie. Les fake news se propag

ent par les réseaux sociaux. Nous sommes face à d’immenses choix d’informations. Dans le temps on faisait référence à des autorités morales établies.

+ L’éducation n’est plus adaptée aux évolutions de la circulation des informations.

+ Paradoxalement les religions gagnent à nouveau de l’importance.

+ Nous tolérons la fabrication et la vente d’armes par notre pays à des pays problématiques.

+ A chaque époque les convictions évoluent.

+ Nous sommes impuissants face aux grands niveaux de la société, mais nous pouvons influencer les petits niveaux.

+ Dans le temps, on était sur les rails.

+ L’indulgence, voire l’empathie, vont plus loin que la tolérance.

+ L’éducation du passé n’est pas toujours acceptée.

+L’éducation morale existe toujours.

+ La tolérance s’apprend par le dialogue. Les idées se forgent par l’échange.

+ Les tensions entre les musulmans et les chrétiens ont été croissantes partout dans le monde. Pourquoi ?

+ Les lois religieuses sont à l’origine des lois civiles.

+ La plupart des musulmans ne sont pas des extrémistes.

+ Il faut travailler sur ses propres limites. Les pervers narcissiques jouent sur la tolérance d’autrui. Il faut être capable de se fixer ses propres limites.

+ Le monde change trop vite, on n’a pas le temps de s’adapter.

+ Il faut avoir des convictions. Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

+ La tolérance, c’est écouter l’autre ; la démocratie a besoin de lois.

+ Il manque des lieux d’expression de nos convictions.

Je m’engage pour mes proches.

+ L’empathie est une dimension supplémentaire de la tolérance.

+ La tolérance devrait guider la politique.

+ Il faut parfois rester fort pour tolérer l’intolérable. J’ai toléré l’intolérable jusqu’à l‘explosion.

+ Les séparatismes en matière de religions ont toujours existé.

+ Nous recevons trop d’informations négatives. Il faut positiver.

+ Les trop fortes densités de populations sont sources de comportements intolérants.

+ La tolérance est une question de juste distance physique ou psychique entre les personnes.

+ Mes nombreux contacts avec des personnes de toutes les cultures m’ont montré que 95 % des humains sont des gens biens et tolérants. Seul un faible pourcentage est problématique.

+ Le problème est que ce sont ces 5% de personnes problématiques qui servent de référence à la structuration de la société. Il arrive aussi que ce soient plutôt des personnes problématiques qui accèdent à des positions de pouvoir.