Station "L'homme et le cosmos"

Station "L'homme et le cosmos"
Cadran solaire analemmatique - juin 2014

Contacts

Retrouvez facilement les sites Internet du Chemin du philosophe en tapant "cheminphilo" sur votre moteur de recherche Internet préféré.

Pour découvrir le Chemin du philosophe : un petit film

Pour mieux nous connaître :
site internet

Pour télécharger la brochure 2015 du Chemin du Philosophe

Pour trouver le Chemin du Philosophe : carte (avec le GPS, programmer 177, rue de Paris, Montlignon, le parking est proche)

L'adhésion à l'association implique une éthique de neutralité et de tolérance ainsi qu'une étiquette de courtoisie.
Pour adhérer à l'association ou renouveler annuellement :
Bulletin
d'adhésion

Pour nous écrire : cheminduphilosophe(arobase)wanadoo.fr


ACTIVITES

PROGRAMME DES ACTIVITES

NOS CAFÉS PHILO

Nos cafés philo fonctionnent selon les principes de respect des intelligences, de neutralité et de partage

énoncés, par exemple, sous l'onglet "Qu'est-ce?" du site de cafesphilo.org ou la vidéo

en général les derniers vendredis du mois, sauf pendant les vacances scolaires

A 20 heures, 11 rue Ferdinand Lesseps à 95570 Bouffémont Plan

(Photo +Parking derrière l’immeuble de la Poste)

La participation est libre.

Prochains cafés philo

préparés et animés par Catherine Delaunay et Pierre Haller

+ Vendredi 28 avril 2017 : «La souffrance–t-elle un sens ?»

+ Vendredi 28 mai 2017 : « La liberté d’expression nuit-elle à la liberté de pensée ? »

+ Vendredi 30 juin 2017 : « Que penser de l’individualisme contemporain ? »

ooo

Programme 2017 de « TOUS PHILOSOPHES ! »

avec le Réseau des médiathèques de Val Parisis

Télécharger le programme 2017 « Tous philosophes » ou voir sur le site Internet de ces médiathèques.

+ Cafés philo préparés et animés par Catherine Delaunay et Pierre Haller

- Samedi 9 septembre 2017 à 15 h : Médiathèque de Saint-Leu-la-Forêt . « Les progrès scientifiques et techniques vont-ils de pair avec le progrès social et moral ? »

- Samedi 4 novembre 2017 à 15 h : Médiathèque d’Ermont. « L’autre et moi ».

ooo

+ Cours d’initiation sur l’histoire de la philosophie (1 h 30) par Catherine Delaunay

- Samedi 7 janvier 2017 à 15 h : Médiathèque d’Eaubonne. « La naissance de la philosophie, des présocratiques à Socrate ». Compte rendu

- Samedi 4 mars 2017 à 15 h : Médiathèque de Saint-Leu-la-Forêt. «Platon et Aristote ». Compte rendu

- Samedi 3 juin 2017 à 15 h : Médiathèque d’Ermont. « Les Epicuriens et les Stoïciens ».

- Samedi 7 octobre 2017 à 15 h : Médiathèque d’Eaubonne. « Descartes et l’émergence du rationalisme ».

ooo

+ Révisions pour le bac philo dans le cadre de l’opération Big Bosse https://www.facebook.com/operationbibbosse/ des Médiathèques. Intervention de Catherine Delaunay :

- Mercredi 7 juin 2017 de 10 h à 13 h à la médiathèque d’Ermont

- Jeudi 8 juin 2017 de 10 h à 13 h à la médiathèque d’Eaubonne

ooo

AUTRES ACTIVITÉS DE L'ASSOCIATION

+ Dimanche 30 avril 2017 à 10 h : Performance chorégraphique sur le Chemin du philosophe en forêt, dirigée par Christine Léger, chorégraphe.

S’inscrire : chauvoischristine@gmail.com

ooo

Avec l’association Lélia de l’Isle Adam

+ Café philo préparé et animé par Catherine Delaunay et Pierre Haller

- Jeudi 15 juin 2017 à 19 h 30 : « La violence est-elle inhérente à l'homme ? »

ooo

ACTIVITES DE NOS AMIS ET CONNAISSANCES

+ L’ONF invite les usagers de la forêt à une sortie SAMEDI 20 MAI – DEPART 9H30 – RV PARKING FORESTIER DE LA ROUTE DU REPOS DE DIANE. Comment se gère une forêt ? Pourquoi coupe-t-on des arbres ? Quelles sont les différentes interventions de l’ONF et ses missions ? Cliquez sur le lien suivant pour obtenir toutes les informations : En forêt de Montmorency

Réservation : ag.versailles@onf.fr

samedi 26 mars 2011

Compte rendu du café philo du 25 mars 2011 -Indignation




Vingt-huit personnes ont participé à ce café philo dans le parc de la mairie de Margency sur le thème « A quoi sert l’indignation ? » Avant de nous lancer dans ce passionnant débat, nous avons choisi les thèmes des trois prochains cafés à avoir : 29 avril : Qu’est-ce que la normalité ? 27 mai : « Y a-t-il des valeurs communes à toutes les cultures ? » 24 juin :  « Un idéal a-t-il du sens aujourd’hui ? »

L’indignation est un sentiment de colère, qui peut être mêlé de mépris, déclenché par une injustice criante, une action mauvaise ou honteuse, un ouvrage, etc. Est indigne ce qui ne mérite pas le respect. L’indignation est souvent une insurrection pacifique de l’esprit et peut rester au niveau des mots. La révolte, quant à elle, comporte le passage à l’acte et vise à transformer une situation.
L’histoire des sociétés humaines est jalonnée d’indignations qui ont conduit à des révolutions et /ou des évolutions. Exemples :
Sophocle, Antigone (441 av. JC) Antigone brave l'interdiction d'accomplir les rites funéraires pour son frère Polynice. La jeune fille affirme l'illégitimité de l'édit royal en se réclamant des lois divines, non écrites et éternelles.
Christianisme : indignation contre la mise à mort sur la croix d’une infinie cruauté, contre l’hypocrisie et la barbarie de la loi.
Luther : contre le trafic des indulgences. Son conflit avec la papauté éclate en 1517, à propos de la vente d’indulgences décrétée par le pape Léon X pour la construction de la basilique Saint-Pierre, qui, malgré tout, est un chef-d’œuvre architectural et artistique.
Molière : Le Tartuffe ou l’imposteur. Molière présenta cette pièce en 1664 en réaction aux agissements de la Compagnie du Saint-Sacrement.
Voltaire : L’affaire Calas. L'affaire Calas est une affaire judiciaire inique, qui se déroula au milieu du XVIIIe siècle à Toulouse, rendue célèbre par l'intervention de Voltaire.
Zola : « J’accuse…! » est le titre d'un article rédigé par Émile Zola en 1898 lors de l'affaire Dreyfus.
Victor Hugo : manifeste ses indignations à travers toute son œuvre. Dans Les Misérables, mise aux fers de Jean Valjean ; dans Notre-Dame de Paris, les humiliations de Quasimodo ; dans Les Châtiments, le réquisitoire contre Napoléon III, le petit.
Marx : La Commune de Paris est écrasée en 1871. Marx rédige un texte  adopté par l’Internationale : La Guerre civile en France.
Les témoignages des combattants de la Grande Guerre. "Quand on sera au bout du trou, faudra pas faire les malins nous autres, mais faudra pas oublier non plus, faudra raconter tout sans changer un mot, de tout ce qu'on a vu de plus vicieux chez les hommes", Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit (1932)
Les témoignages des camps de concentration et d’extermination.
Les témoignages du Rwanda
Les témoignages d’Amnesty International

Les sacrifices :
1963 - 11 juin Pour protester contre le régime dictatorial proaméricain du président vietnamien Ngô Dinh Diêm, un bonze bouddhiste se suicide par le feu à Saïgon (Vietnam du sud)
Jan Palach, mort à 21 ans en 1969, est un étudiant tchécoslovaque en philosophie qui s'est immolé par le feu sur la place Venceslas à Prague pour protester contre l'invasion de son pays par l'Union soviétique en août 1968.
Mohamed Bouazizi (محمد البوعزيزي), de son vrai nom Tarek Bouazizi (طارق البوعزيزي), né en 1984 et mort le 4 janvier 2011, est un vendeur ambulant tunisien qui se suicide par immolation par le feu. Il est à l'origine des émeutes qui concourent au déclenchement de la révolution tunisienne évinçant du pouvoir le président Zine el-Abidine Ben Ali , et par extension aux protestations dans d'autres pays arabes.
« Ce jour-là, les agents municipaux lui avaient confisqué son outil de travail et l'un d'eux l'avait giflé. Il s'est alors rendu à la municipalité, puis au gouvernorat pour se plaindre, mais ici, à Sidi Bouzid, il n'y a personne pour nous écouter. Ils marchent à la corruption et ne travaillent que pour leurs intérêts.»— Leïla Bouazizi, sœur de Mohamed Bouazizi

Les sujets d’indignations sont multiples : Esclavage, la torture, la peine de mort, le colonialisme, les camps de concentration, les génocides, les régimes totalitaires, l’état des prisons, les exactions paramilitaires, la corruption, le népotisme, l’indignation sélective, les silences coupables de la real politique (Shoa, Rwanda, régimes autoritaires....)

Les grandes transformations sociales fondées sur l’indignation
Abolitions : de l’esclavage, du servage, de la torture, des supplices en public, de la peine de mort, du travail des enfants.
Améliorations : scolarisation, lois sur le travail, droits de l’homme, émancipation des peuples, des femmes, respect des minorités, sort des prisonniers, des malades mentaux, actions humanitaires, tribunaux contre les crimes de guerre.
En chantier perpétuel : égalités sociales (éducation, revenus, santé, droits), l’éducation, prise en compte de l’extrême misère, migrations des populations, protection de la nature, respect des animaux, gouvernance de la démocratie, régulation et contrôle des pouvoirs civils et religieux, lutte contre le secret d’Etat, la corruption, la ploutocratie, la kleptocratie, les prédateurs sociaux.

Les sujets d’indignations plus ou moins occultés : Les vrais chiffres des richesses et des pauvretés, des fortunes et des impôts ; l’utilisation de l’argent public ; les turpitudes couvertes par le secret-défense ou la real politique ; l’industrie de l’armement ; les collusions politiques ; les réseaux d’influence ; les violences familiales et professionnelles ; la maltraitance des animaux dans les élevages, abattoirs ou laboratoires.

Les indignations résignées par habitude, intérêt ou impuissance : L’exclusion des marginaux ;le fonctionnement prédateur du monde des finances ; la destruction des aliments pour le maintien des cours boursiers ; la dispersion diffuse de produits toxiques ; les dépenses militaires ; l’hégémonie des hydrocarbures ; les lobbies industriels et politiques ; les crimes d’Etats ; les manipulations des opinions publiques ; les manipulations électorales ; l’hédonisme bêtifiant dans la publicité et dans les médias ; la violence dans les médias ; la valeur d’une personne en fonction de sa fortune ; les rémunérations des stars du spectacle et du sport ; la dévalorisation des vieux et des faibles ; l’instrumentalisation du malheur des autres ; la maltraitance des animaux ; les logiques cruelles de la mondialisation ; la guerre économique ; l’endogamie des élites ; l’acceptation de la fatalité des injustices et leur perpétuation ; l’acceptation de notre modèle de développement conduisant à la destruction de la nature ; les suicides dans les prisons (une centaine par an en France), le traitement des sans papiers.

Les indignations sujettes à controverse :La compétition professionnelle, les limites de la liberté individuelle, les normalités, l’avortement, les communautarismes, l’immigration, le principe de précaution, la sécurité publique, l’euthanasie, les OGM, le nucléaire civil ou militaire, le commerce des armes, la real politique, la place du religieux dans la société, les lobbies industriels et professionnels, l’utilisation des produits phytosanitaires, le concept de « guerre propre ».

Pourquoi s’indigne-t-on ? « Dis moi ton indignation, je te dirai qui tu es. »
Par conviction morale ; par émotion ; pour paraître moral ; pour se défouler ; pour ne pas agir ; pour défendre ses intérêts ; pour déconsidérer un adversaire, le couvrir de honte ; parce qu’on se sent déstabilisé par le comportement d’un autre ; parce que la réalité n’est pas telle qu’on la conçoit ou la concevait (c’était mieux avant) ; par peur, de l’autre, de l’avenir ; l’indignation comme fonds de commerce (journaux) ; moyen rhétorique à défaut d’arguments rationnels ; pour dire son appartenance ou son opposition à un groupe  (politique, catégorie sociale) ; par suivisme.

Les vecteurs de l’indignation : Les personnes, les citoyens, les médias, les partis politiques, les ONG, les associations, les religieux, les organismes internationaux, Wikileaks...

A quoi sert l’indignation : Prise de conscience individuelle et collective ; engagements de personnes et d’institutions dans l’action ; bonne conscience (  "La certitude d’être moralement juste exclut les remises en cause ") ; argument de controverse ; contrôle des pouvoirs établis ; réformes, évolution du droit ; révolutions ; justification de la violence.

Manipulations de l’indignation : Populisme sécuritaire ; populisme racial et xénophobe ; calomnie ; attaque d’adversaire ; prétexte d’interventions militaires ; détournement d’indignation légitime vers des indignations intéressées ; avance d’informations non vérifiables (chiffrage des victimes, liens de causalités douteux) ; profilage des opinions individuelles et publiques, via les sondages et internet.

Les limites de l’indignation :
Dans un monde hyperinformé, les motifs d’indignation sont infinis et peuvent conduire au pessimisme absolu, à un sentiment d’impuissance, de résignation voire au repli sur soi, « sur son jardin ».Face aux sujets d’indignation, l’espérance, la raison et l’action ont été de tout temps les moteurs de survie de l’humanité qui a connu bien des catastrophes naturelles et d’origines humaines volontaires, involontaires ou collatérales au progrès.

Paroles entendues et notées :
-        -  Notre indignation faiblit par habitude, paresse intellectuelle et lâcheté, causes déjà évoquées par Etienne de La Béotie (1530-1563) dans son « Discours de la servitude volontaire ou le Contr'un ».
-         -  «Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s'étaient établis à Rouen. Voilà la troisième fois que j'en vois. Et toujours avec un nouveau plaisir. L'admirable, c'est qu'ils excitaient la haine des bourgeois, bien qu'inoffensifs comme des moutons. Je me suis fait très mal voir de la foule en leur donnant quelques sols - Et j'ai entendu de jolis mots à la Prud'homme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d'ordre. C'est la haine que l'on porte au Bédouin, à l'hérétique, au philosophe, au solitaire, au poète. Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m'exaspère. Il est vrai que beaucoup de choses m'exaspèrent. Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire son bâton. » « Correspondance » de Gustave Flaubert - lettre à George Sand, 12 juin 1867 - éd. de la Pléiade - tome 5, pp. 653-654.
-        -  L’indignation renvoie à l’idée que l’on se fait de soi.
-        -   L’indignation a toujours une intention positive.
-         -   Elle s’appuie sur des valeurs qui peuvent être absolues ou relatives.
-         -  Il ne faut pas indigner nos semblables.
-          - Martin Luther King ou Gandhi ont formulé l’indignation et l’ont transformée en action.
-          - Dans le théâtre grec, l’indignation conduit à la vengeance qui doit être arrêtée par le droit.
-         -  Hessel a du succès parce qu’il entre en résonance avec le temps présent. Son indignation est démocratique et n’appelle pas à la violence.
-        -   L’indignation donne du sens à l’engagement et à l’action.
-          - Quand on ne sait pas, on s’indigne.
-          - L’indignation part du cœur.
-          - Le marché de l’art contemporain est souvent source d’indignation.
-          - Tout art est l’expression d’une indignation personnelle.
-          - Je m’indigne, donc je suis vivant.
-          - L’indignation est un mal nécessaire.
-         -  Au-dessus de la raison, il y a les valeurs morales.
-          - C’est le moteur de l’humanité.
-          - Quand je cesserai de m'indigner, j'aurai commencé ma vieillesse. André Gide
-         -  Quand on s'indigne, il convient de se demander si l'on est digne. Abbé Pierre
-        -   L’indignation sert à se défouler.
-          - Le nucléaire est inquiétant, mais ça me dépasse.
-          - Il faut apprendre à s’indigner à bon escient sur des valeurs sur lesquelles on ne transigera pas.
-        -  Chacun choisit ses indignations.
-          - Bien des indignations sont simplificatrices.
-         -  Elle est ambiguë par son mélange d’émotion et de raison.

Aucun commentaire: