Station "L'homme et le cosmos"

Station "L'homme et le cosmos"
Cadran solaire analemmatique - juin 2014

Contacts

Retrouvez facilement les sites Internet du Chemin du philosophe en tapant "cheminphilo" sur votre moteur de recherche Internet préféré.

Pour découvrir le Chemin du philosophe : un petit film

Pour mieux nous connaître :
site internet

Pour télécharger la brochure 2015 du Chemin du Philosophe

Pour trouver le Chemin du Philosophe : carte (avec le GPS, programmer 177, rue de Paris, Montlignon, le parking est proche)

L'adhésion à l'association implique une éthique de neutralité et de tolérance ainsi qu'une étiquette de courtoisie.
Pour adhérer à l'association ou renouveler annuellement :
Bulletin
d'adhésion

Pour nous écrire : cheminduphilosophe(arobase)wanadoo.fr



ACTIVITES DE L'ASSOCIATION

NOS CAFÉS PHILO

Nos cafés philo fonctionnent selon les principes de respect des intelligences, de neutralité et de partage

énoncés, par exemple, sous l'onglet "Qu'est-ce?" du site de cafesphilo.org ou la vidéo

en général les derniers vendredis du mois, sauf pendant les vacances scolaires

A 20 heures, 11 rue Ferdinand Lesseps à 95570 Bouffémont Plan

(Photo +Parking derrière l’immeuble de la Poste)

La participation est libre.

Prochains cafés philo

préparés et animés par Catherine Delaunay et Pierre Haller

+ Vendredi 30 juin 2017 : « Que penser de l’individualisme? »

ooo

Programme 2017 de « TOUS PHILOSOPHES ! »

avec le Réseau des médiathèques de Val Parisis

Télécharger le programme 2017 « Tous philosophes » ou voir sur le site Internet de ces médiathèques.

+ Cafés philo préparés et animés par Catherine Delaunay et Pierre Haller

- Samedi 9 septembre 2017 à 15 h : Médiathèque de Saint-Leu-la-Forêt . « Les progrès scientifiques et techniques vont-ils de pair avec le progrès social et moral ? »

- Samedi 4 novembre 2017 à 15 h : Médiathèque d’Ermont. « L’autre et moi ».

ooo

+ Cours d’initiation sur l’histoire de la philosophie (1 h 30) par Catherine Delaunay

- Samedi 7 octobre 2017 à 15 h : Médiathèque d’Eaubonne. « Descartes et l’émergence du rationalisme ».

ooo

dimanche 2 mars 2014

Compte rendu du café philo du 28 février 2014 – le Beau.



 

Nous étions quarante-quatre personnes à participer à ce café philo, le vendredi 28 février 2014, au centre culturel de Bouffémont, sur le thème : « Pourquoi le beau nous fascine-t-il ? »
Les participants ont été invités à répondre au sondage sur la perception des activités du Chemin du philosophe. Ce sondage est également accessible en ligne sous http://tinyurl.com/cheminsondage. Amis Internautes, merci d’y consacrer quelques instants.

Le thème de la soirée a été préparé et animé par Catherine Delaunay, Gérard Lagiewka et Pierre Haller. Les transparents de la présentation de Pierre Haller sont téléchargeables ici. Les images présentées par Catherine Delaunay et Gérard Lagiewka sont directement intégrés dans leurs textes respectifs, ci-dessous.
La poétesse Jeannine-Dion nous a fait parvenir un de ses poèmes inédits, qui a été lu et applaudi : « A quoi bon la beauté ?». Il est reproduit à la fin de ce compte rendu.  

Présentation de Gérard Lagiewka
Présentation de Pierre Haller
Présentation de Catherine Delaunay
Propos échangés
Poème de Jeannine-Dion Guérin

ooooooooooooooooooooooooooooooooo

Présentation de Gérard Lagiewka




Pourquoi le beau nous fascine-t-il ?

 
Qu’est-ce que la fascination ?
Fonctionne dans les 2 sens : Intransitif : être fasciné par quelqu'un ou quelque chose. Transitif : exprime alors une intention : fasciner quelqu'un, une proie, un autre être vivant. Attirer vers soi
Ex : Le serpent fascine sa proie 

 Quelques synonymes (dans le sens intransitif) : s’ hypnotiser, se pétrifier, s’ immobiliser, être sans voix,  s’arrêter dans une action, une pensée, être figé, être subjugué , être scotché
Qu’est-ce-que le beau, la beauté ?

La beauté est ce qui éveille un sentiment d’admiration. Donc valeur positive.
La beauté est une affaire purement humaine, elle est subjective. Elle est affaire de préférence. Elle donne à voir.
On peut tenter de définir quelques critères qui pourraient concourir à la beauté

L’harmonie ; la symétrie ; l’équilibre ; la lumière ;
la couleur ;
la grâce ;
la norme, le codifié ;
la juxtaposition réussie entre 2 êtres ou 2 matériaux ;
le nombre d’or en architecture.

Mais aussi tout le contraire
la dysharmonie ; une légère asymétrie* ; un certain déséquilibre ; l’absence de couleur, le disgracieux ?
L’absence de norme ; une juxtaposition ratée entre 2 matériaux ou 2 êtres ;

La beauté est aussi une affaire de mode les critères varient d’une époque à une autre. (Ex : les critères de beauté chez les Egyptiens n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui 
Il existe 2 composantes de la beauté :
naturelle tel que la nature l’a constituée dans sa plus simple expression liée à la création humaine artistique.
1 La beauté naturelle
La beauté des êtres vivants du règne animal c’est avant tout l’apparence qu’ils montrent naturellement grâce à cette enveloppe externe constituée de peau, de poils, d’écailles, ou de plumes : les phanères.
Pour les êtres vivants végétaux : les phanérogames ;je pense que la beauté à une échelle macroscopique est constituée par la fleur (orchidée sauvage, borraginacée du désert) ou pour les cryptogames(organes reproducteurs sont cachés) la beauté est discrète et nécessite des outils d’observation ; loupe, microscope…

La beauté est aussi une question d’échelle d’observation * (polypode).
Quand on étudie à la loupe cette même fleur on découvre alors à l’échelle microscopique des éléments de pièces florales dont l’agencement est fascinant.

La beauté d’un paysage peut se résumer dans la variété de ses êtres vivants (biocénose) intégrés dans leur milieu, le biotope. Dans certains cas la biocénose ne se voit plus, elle disparaît ; il ne reste plus que le milieu à voir ; c’est la beauté minérale pure ; le désert qui peut être infiniment beau et fascinant.

La beauté naturelle semble universelle.

Existe-t il une beauté intemporelle (Aphrodite) qui traverserait les siècles ? 

Le beau est discriminant. Il faudrait peut être parler de son contraire : le laid.
  Ex : actuellement la beauté (et peut être la laideur) joue un rôle implicite dans le recrutement et conduit à une discrimination dans le travail.
 Citation  d’Aristote : « la beauté  est un appui préférable à toutes les lettres de recommandation ».

2 La beauté liée à l’œuvre humaine

La peinture, la sculpture, l’architecture, le dessin, la photographie, le cinéma peuvent être source de beauté infinie, et donc parfois de fascination.
L’art dans tous ses états et notamment dans les arts sacrés témoignant des grandes religions, dont la beauté des œuvres, ( visibles dans les musées ou à la faveur d’une fouille archéologique), a traversé les siècles et nous fascine toujours autant.

L’érotisme constitue une variante de la beauté dont la mise en scène conduit à une fascination conduisant implicitement à la sexualité.

La beauté intérieure peut être source de fascination. Nous en reparlerons

Conclusion :
Relation entre beau et fascination ?
Le beau, nous le côtoyons quotidiennement mais il ne nous fascine pas forcément.
La fascination on peut l’avoir ailleurs que devant le beau.
Qu’est ce qui va déclencher la fascination ?

Avant de fasciner la beauté interpelle, interroge celui ou celle qui en est le témoin.
Pour que la magie opère il faut que 2 types de facteurs soient réunis :
   Des conditions externes : une lumière un éclairage particulier, une ambiance sonore
  Des conditionnement internes: la personne doit être réceptive (bonne santé, avoir une culture préalable pour apprécier une œuvre d’art) , ds un état d’esprit favorable pour accueillir l’imprévu.
   Lorsque les 2 conditions sont réunies en un instant t la magie opère, une forte émotion se déclenche et s’est la fascination.
C’est souvent l’inattendu la surprise d’une scène qui va nous fasciner.
Est-ce que cette fascination peut durer éternellement ?

Le temps façonne le beau et malgré notre souvenir de la scène fascinante, celle ci peut se renouveler mais dans d’autres conditions pour que la fascination opère.

La beauté celle qui nous fascine, m’aide à vivre, car elle transcende le réel, et elle me conduit au rêve.




ooooooooooooooooooooooooooooooooo

Présentation de Pierre Haller

Les numéros correspondent aux transparents


 +1. « Pourquoi le beau nous fascine-t-il ?

  +2. Fasciner veut dire : Séduire, charmer, captiver, interroger, interpeler, hypnotiser, ensorceler, immobiliser par le regard.
Le Beau est : admirable, remarquable, extraordinaire, surprenant, magnifique, merveilleux, mirifique, étrange, superbe, ravissant, splendide, féérique, sublime, incomparable, considérable, parfait, délicat, gracieux, sensible, exquis, délectable, adorable, éclatant, rayonnant, resplendissant, charmant, céleste, fastueux, paradisiaque, heureux, mignon, galant, etc.
Les langues comportent toutes ainsi de très nombreux mots relatifs à la beauté, ce qui indique que celle-ci joue un rôle important dans les processus mentaux des individus et dans la culture collective.

     +3.  Le beau passe par les perceptions des cinq sens : toucher, ouïe, vue, odorat, goût.

    +4. Le Beau s’élabore dans le cerveau par synesthésie qui associe plusieurs perceptions. C’est la synesthésie qui crée la fascination ou la répulsion. L’opéra ou le cinéma sont des arts synesthésiques. Celle-ci résulte  de la mémoire individuelle, des archétypes, des symboles,  des présupposés culturels, des préjugés, de la raison, du cœur. Cette synesthésie forge notre perception inconsciente du beau. Le bon goût, au sens propre et figuré, se cultive.

    +5. Quelques exemples d’archétypes du beau. Ceux qui sont nécessaires à la survie des espèces : l’attirance sexuelle et la protection de la fragilité des enfants. La beauté érotisante des corps est souvent sublimée dans les arts, les lettres ou la mode. La beauté n’est malheureusement pas toujours un moyen de protection contre la barbarie et la violence.

    +6.  La peinture de l’âme tente de représenter la nature transcendante de la beauté. Par exemple Portrait de Baldassare Castiglione par Raphaël, Louvre, vers 1515 ;  La Sprezzatura , selon Raphaël, proclame « le vrai art est celui qui ne semble être art ». Selon l’empereur-philosophe Marc-Aurèle (121-180), les imperfections participent aussi à la beauté (vieillards, larmes, ruines). Gao Xingjian (né en 1940), Français d’origine chinoise, prix Nobel de littérature 2000, quant à lui, est considéré comme un peintre de l’âme.

    +7. Certains Impressionnistes à partir de la seconde moitié du 19ème siècle, comme Auguste Renoir (1841-1919) révèlent, à travers les jeux de la lumière,  les couleurs, la beauté et le bonheur de l’instant (malgré les périodes où beaucoup vivaient dans la misère).

     +8. L’harmonie de la géométrie a fasciné dès l’antiquité. Les solides de Platon , les seuls cinq polyèdres réguliers convexes : tétraèdre, cube, octaèdre, dodécaèdre, isocaèdre. Ils ont été associés aux éléments de la nature, respectivement le feu, la terre, l’air, la quintessence, l’air. Ils ont également servi, associés à la sphère, à représenter par leur imbrication possible à la représentation des six planètes connues par Kepler (1571-1630) à savoir Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter et Saturne.
Le nombre d’or φ =1,61803....= a/b si a/b=(a+b)/a. Cette divine proportion est connue depuis l’antiquité. Elle semble apparaître dans plusieurs structures de la nature comme les spirales des galaxies ou celles du tournesol.

   +9. La divine proportion a présidé à la construction des pyramides d’Egypte ou du Parthénon d’Athènes. La chapelle Notre-Dame du haut de Ronchamp par Le Corbusier comporte des éléments selon ce nombre d’or. Des peintres comme Botticelli dans la « Naissance de Vénus » l’ont utilisée pour conférer de l’harmonie à leurs tableaux.

   +10. La Symétrie , la quasi-symétrie et l’eurythmie (le bon rythme) participent  à l’harmonie et à la beauté du monde. La symétrie absolue n’existe pas dans la nature. Une certaine part de dissymétrie participe à la beauté, par exemple, d’un visage, ou d’un rythme musical. Le feng shui est un art millénaire d'origine chinoise qui a pour but d'harmoniser l'énergie environnementale (le qi, /) d'un lieu de manière à favoriser la santé, le bien-être et la prospérité de ses occupants.

   +11.  La beauté des sciences n’est pas toujours  perceptible par ceux à qui les programmes scolaires ont infligé de cuisantes humiliations. Il existe cependant d’étranges beautés dans l’élégance de certaines démonstrations, théorèmes ou équations. L’identité d’Euler  lui a fait dire qu’elle est « la preuve que Dieu existe ».
Les équations de la physique qui semblent régir les mondes de l’infiniment petit et de l’infiniment grand indiquent d’étranges symétries entre les objets mathématiques, les représentations par le cerveau humain et la réalité matérielle. Albert Einstein (1879-1955) a  dit : « Ce qu'il y a de plus incompréhensible dans l'Univers, c'est qu'il soit compréhensible. »

 +12.  La théorie de la géométrie fractale, où les objets ont des dimensions non entières, a été développée notamment par Benoît Mandelbrot (1924-2010). Ces formes fractales du hasard apparaissent dans la nature dans plusieurs domaines : dessin des côtes maritimes, bronches, arbres, chou romanesco, etc. L’ensemble de Mandelbrot, défini par la relation de récurrence zn+1 = zn2 + c, c étant un nombre complexe quelconque ouvre sur un hypermonde mathématique de beauté fascinante.

  +13. La vidéo « Fractales profondes » montre des structures belles au cœur de l’infini des nombres. Par ordinateur on peut construire des images fractales dans des univers de dimensions supérieures à trois. Le beau ne serait-il pas uniquement de ce monde ?

  +14. Le sacré a souvent été associé à des expressions symboliques belles, harmonieuses, destinées à fonder des identités individuelles et collectives en les inscrivant dans un ordre cosmique. La beauté du sacré joue sur plusieurs registres : rassurant, consolant, dominant, terrifiant, hiératique, ésotérique. Les communautés humaines se structurent autour de lieux sacrés qui souvent tranchaient de l’environnement par leur propreté et leur ordre.

 +15. La beauté du sacré accompagne l’évolution de toutes les civilisations. Elle s’exprime à travers la plupart des arts : architecture, peinture, sculpture, musique, chant, danse, calligraphie, textes, cérémonies, cycles liturgiques, aménité. Les communautés humaines se structuraient dans le passé autour de lieux beaux et sacrés. Aujourd’hui les centres commerciaux, souvent pas vraiment beaux, ont repris cette fonction structurante.

 +16.  La peinture pariétale de la grotte Chauvet date de plus de 30.000 ans ; elle témoigne des premiers signes d’une pensée abstraite de l’humanité. Sa beauté émouvante indique par ailleurs l’existence de sauts qualitatifs dans l’hominisation de l’espèce. Les bijoux retrouvés par les archéologues dans les tombes témoignent de la fascination pour le beau dans la plus haute antiquité.

 +17. Le beau de la musique et du chant est polysémique, il revêt de multiples caractères : ethniques, traditionnels, classiques, poétiques, modernes, sacrés, militaires, révolutionnaires, électroniques. Ses fonctions sont communautaires, transculturelles, économiques. Il a des effets neurologiques notamment en musicothérapie. « Je cherche les notes qui s’aiment. » Mozart (1756-1791)

  +18.  L’opéra est un art qui allie plusieurs formes de beautés qui se transcendent les unes les autres : musique, chant, théâtre, costumes, narration, décorum, rhétorique, événement social.  Exemple : « La flûte enchantée » de Mozart
Déguster aussi l'ouverture de La Flûte enchantée de Mozart par Ingmar Bergman, 1975.

  +19. Le Beau existe-t-il sans le regard de l’homme ? Il semble exister dans la nature des harmonies, des symétries ou des eurythmies indépendamment des humains : paysages, cristaux, fleurs, animaux, cycles naturels 

  +20. Les cycles naturels de l’eau, du carbone, de la biomasse, de l’énergie et d’autres processus qui permettent la vie sur terre, phénomène apparemment unique dans le système solaire relèvent d’un ordre cosmique dont on ne peut que s’émerveiller.

   +21. Le beau est le moteur du commerce à travers le design, la publicité, le tourisme, le corps, notamment féminin, la propreté, le bien-être matériel et moral, l’identification au héros positif (George Clooney).

  +22. Le Kitsch est un type de beau considéré, par certains qui veulent s’en distancier et se démarquer socialement, comme trivial, démodé ou populaire.

 +23.Les critères du beau sont tributaires de la culture ou de l’idéologie d’un lieu,  d’une époque ou d’un groupe social. Aimer ou ne pas aimer une œuvre permet de se positionner socialement. Le Beau est un marqueur social.

  +24. Le beau sert à cacher ou à révéler l’horreur. Certains tableaux des batailles napoléoniennes font coexister la gloire de l’empereur et l’agonie des soldats (Bataille d’Austerlitz) ou les exécutions de civils (Tres de Mayo de Goya). Les guerres napoléoniennes (1803-1815) en Europe ont causé la mort  2,5 millions de militaires et un million de civils, selon les statistiques les plus bienveillantes. Otto Dix (1891-1969) était un peintre allemand que le régime nazi a classé dans « l’art dégénéré ». La laideur de la guerre dénoncée dans ses tableaux relève, semble-t-il tout de même, d’une vraie beauté morale.

  +25. Certains critères artificiels du beau s’imposent par mimétisme ou disparaissent au gré et au travers des marchands d’arts, des galeries, des vernissages, des mondanités, des académies, des autorités morales, des rhétoriques ad’hoc parfois absconses ou intimidantes, des pouvoirs léonins, des panthéonisations, des évènements culturels, des réseaux culturels, des modes, des conflits de chapelles, des spéculations sur des auteurs, sur des artistes, sur des grands crus de vin. « La mode étouffe le goût ; et l'on ne cherche plus ce qui plaît, mais ce qui distingue ».Jean-Jacques Rousseau (1712-1778).

Emmanuel Loi, historien d’art, dans une chronique du Monde du 27 février 2014 titrée « La cité phocéenne reste une république bananière », fustige en termes violents les pratiques culturelles de cette ville et les pouvoirs liés à la culture censée promouvoir le beau dans la cité. Il parle « de féodalité, de népotisme, d’officines, de promotion par allégeance, de marché des obligations, de procédé esclavagiste de renvoi d’ascenseur, de marchandising d’office de tourisme. »

 +26. En définitive, le beau c’est quoi ?

Une invention de l’homme ?
Une ruse de la nature, hormonale ?
Un artifice commercial ?
Le Beau est-il subjectif ? Culturel ? Absolu ?
Le Beau n’est-il qu’utile ? Beau  = paraître et/ou être ?
Est-il ordre, diversité, nature, artifice, symétrie, harmonie, eurythmie, énergie, vérité, moral, sécurisant ?
Le Beau est-il « calculable »,  mesurable, fabricable ?
Faut-il souffrir pour réaliser du beau ?
Un faux Vermeer, une fausse Rolex sont-ils encore beaux ?
Le Beau peut-il être imparfait ?
Et la beauté du mal dans tout ça ? L’imbrication du beau et du mal ? « Si le mal était monstrueux, on saurait le reconnaître. », père Georges Vandenbeusch (né en 1971) ancien otage au Cameroun.
Pourquoi certains êtres produisent-ils du beau et d’autres du laid ?
Le Beau serait-il partout depuis toujours ?
Serait-il le chemin de la transformation, de la transcendance, du sens ultime, de la « résonance divine » (shen-yun chinois) ? selon François Cheng (né en 1929)?


  +27.  Citations
« La rose est sans pourquoi, elle fleurit parce qu'elle fleurit,
N'a pour elle-même aucun soin, – ne demande pas : suis-je regardée ? »
Angelus Silésius (1624-1677)

« Heureux...
 Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes! »
Charles Baudelaire (1821-1867),  Les Fleurs de mal

« Chanter, c’est être. »
Rainer Maria Rilke (1875-1926)

« Ainsi, pour celui qui contemple l'univers avec des yeux d'artiste, c'est la grâce qui se lit à travers la beauté, et c'est la bonté qui transparaît sous la grâce. »
Henri Bergson (1859-1941), La pensée et le Mouvant

« Il faut habiter poétiquement la terre. »
Friedrich Hölderlin (1770-1843)

 « La beauté est dans les yeux du spectateur. »
« Le beau est ce qui est représenté sans concepts comme l'objet d'une satisfaction universelle. »
Emmanuel Kant (1724-1804)

« La culture privilégie l’utilité, la sécurité et la richesse, tandis que la civilisation privilégie la spiritualité, la beauté, la justice et l’ordre. »
Jacques Le Goff (né en 1924)

« La beauté est la seule finalité ici-bas. »
Simone Weil (1909-1943)

« Sensation
Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue,
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
Et j'irais loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la nature, heureux comme avec une femme. »

1870
Arthur Rimbaud (1854-1891)


ooooooooooooooooooooooooooooooooo

Présentation de Catherine Delaunay




Pourquoi le Beau nous fascine-t-il ?
Ce sujet se présente comme une fausse question. C’est plutôt une affirmation catégorique « le beau nous fascine », mais pourquoi ? Il y a beaucoup de présupposés dans ce sujet, beaucoup d’idées implicites sont sous-entendues ;  on présente comme une évidence le fait que la beauté fascine.
Premier a priori : le beau fascine, c'est-à-dire séduit, nous éblouit, nous subjugue, nous submerge, nous frappe, nous hypnotise, nous envoûte, nous ensorcelle, nous captive, nous exalte. Fascination vient de « « fascinum » qui signifie à la fois charme et maléfice. Tout se passe comme si la beauté détenait un pouvoir sur nous, celui de nous toucher, de nous émouvoir et même de nous manipuler dangereusement. Les regards de l’aigle ou du serpent fascinent leurs proies. La beauté serait-elle donc dangereuse ?
Deuxième a priori : le sujet évoque le beau, sous-entendu le beau est un, unique, universel, ce qui bien sûr serait encore à démontrer. Il n’existe peut-être que des formes particulières et différentes de beauté et rien ne dit que nous sommes tous d’accord sur ce que nous reconnaissons comme beau selon nos différentes cultures, selon nos tempéraments.
Troisième a priori : il y a parmi nous des personnes qui n’éprouvent pas de sentiment de fascination devant ce que les autres appellent le beau. Ou du moins elles ne ressentent pas le sentiment aussi fort. Elles se sentent insensibles, voire indifférentes à la beauté. Ainsi l’art contemporain depuis le début du 20e siècle écarte en partie cette catégorie du Beau. D'où le quatrième a priori.
Quatrième a priori : la beauté en tant que telle existe-t-elle ? N’est-ce pas une norme désuète, révolue, dépassée ? Des courants comme l’impressionnisme, le cubisme, le fauvisme, le surréalisme l’expressionnisme, l’art non-figuratif dit abstrait et/ou conceptuel, le pop art ou l’art bâclé n’ont-ils pas destitué le critère du beau ?

Vous voyez que si nous voulions traiter le sujet dans toute son ampleur, il nous faudrait revenir sur tous ces présupposés ce qui est évidemment impossible dans le temps dont nous disposons. Il nous faudrait aussi envisager les nombreuses définitions du beau qui ont été proposées dans l’histoire. Le fait,  par exemple, que le beau a d’abord été perçu comme objectif préexistant dans la nature, qu’il suffisait d’imiter. A la fin du 18e siècle le beau se déplace dans l’âme, dans la subjectivité de celui qui l’éprouve et l'exprime dans son œuvre.
Alors nous nous contenterons de partir de cette supposition que le beau nous captive, nous comble et nous essayerons de nous interroger sur le pourquoi de l’affaire. D’où la problématique : quels effets le beau produit sur nous ? Pouvons nous les décrire, les expliquer ? Pouvons nous rendre raison de ce pouvoir que le beau et exerce sur nous ? Est-ce que la beauté et ne résiste pas parfois au pourquoi ?
En cette fin d’introduction je voudrais souligner le paradoxe du sujet : le beau ne nous apporte rien de ce que les hommes recherchent d’ordinaire. Habituellement nous cherchons des satisfactions matérielles,  sensuelles ou intellectuelles. Nous cherchons la santé, le bien-être, le confort, la longue vie, le plaisir, le bonheur, l’amour, la reconnaissance, de la richesse, la réussite, du pouvoir, la célébrité, la connaissance, la compétence.
Mais plus rarement nous déclarons rechercher la beauté. « Est beau ce qui est l'objet d'une satisfaction désintéressée », notait Kant. Comment se fait-il que quelques touches sur une toile, quelques formes et couleurs étalées à la surface d'un tableau peuvent nous subjuguer ? Comment quelques sonorités, quelques accords de pianos, de violon, de violoncelle, de contrebasse peuvent nous emmener au septième ciel ? Comment ce qui semble en apparence superficiel nous touche si profondément que nous nous disons éblouis, ensorcelés, transfigurés ?
Pour ma part, je vous propose trois niveaux d'analyse et d'explication. Premièrement, le beau nous fascine parce qu'il produit en nous un sentiment d'harmonie intérieure. Deuxièmement, le beau nous fascine parce qu'il est porteur de sens et de vérité. Troisièmement, le beau nous fascine par ce qu’il fait échec à la mort.
I.                  Le beau produit un sentiment d'harmonie intérieure.
C'est en particulier Emmanuel Kant, philosophe allemand de la fin du 18e siècle, qui a montré que dans l'émotion esthétique il se passe quelque chose d'unique qu'on ne rencontre pas d'habitude dans l'existence. Dans la vie de tous les jours, dans l'action comme dans la connaissance nous sommes souvent en proie à des conflits à l'intérieur de nous-mêmes, des oppositions, des tensions, des divisions. Par exemple lors de décision nous sommes déchirés entre notre égoïsme spontané, notre intérêt et puis l'idéal du bien que nous poursuivons.
Par exemple, dans le travail de la connaissance, la rigueur de la pensée exige que l'entendement prenne le pas sur les autres facultés mentales comme la sensibilité ou l'imagination pour éviter les erreurs et accéder au vrai. Le savant comme le philosophe se méfient de leurs perceptions premières.
En revanche quand nous sommes subjugués par le sentiment du beau, nous sommes comme envahis par une sensation de paix et de sérénité. Cela vient, nous dit Kant, de ce que la beauté réalise un petit miracle : toutes nos facultés coopèrent, se concilient, se réconcilient, elles « jouent » entre elles : la perception, la sensibilité, l'entendement, l'imagination, se renvoient « un accord de consonance ». Kant parle « d'un jeu libre et harmonieux des facultés humaines ». C'est la raison pour laquelle nous nous sentons apaisés, calmes et tranquillisés réconciliés avec nous-mêmes en particulier. Le plaisir esthétique accomplit l'union de l'esprit et du corps. Le plaisir esthétique a quelque chose de sensuel car il passe par la vue, par l’ouie, le plus souvent, aussi par le toucher dans la sculpture. Mais il est aussi intellectuel car non seulement nous sommes conscients de le ressentir mais nous y trouvons du sens.
Pourtant le souvent nous ne savons expliquer quel est ce sens, nous ne savons pas dire pourquoi le beau nous saisit, c'est la raison pour laquelle cette formulation est souvent mal comprise : « Est beau ce qui plaît universellement sans concept ». Sans concept : parce qu'il nous est impossible la plupart du temps de définir le beau ; que nous ne pouvons produire des critères, des normes, des règles, des recettes, des canons de la beauté ; nous ne pouvons pas  démontrer que c’est beau comme en mathématiques nous pouvons démontrer un théorème. Universellement : c'est cela qui est le plus souvent mal compris. Kant ne dit pas que tout le monde s'accorde sur ce qu’il trouve beau, il ne dit pas que le beau est un et universel. Mais il dit ceci : quand nous affirmons au sujet d'un paysage ou d'un tableau ou d'une symphonie « c'est beau », nous ne disons pas que c’est beau pour soi, et seulement pour soi. Si nous nous prononçons sur un mode catégorique et un mode impersonnel c'est que nous sous-entendons que ce qui nous touche peut aussi toucher les autres. Et d'ailleurs nous avons envie de partager avec notre entourage. Nous sommes déçus quand notre émotion laisse un proche indifférent. Le beau crée un élan vers les autres, le beau non seulement nous réconcilie avec nous-mêmes mais nous réconcilie avec les autres. Il est l'indice d’un monde commun à partager. L'harmonie interne est comme contagieuse et c'est le sentiment d'être rassemblé avec soi-même et avec les autres qui nous  transfigure.
Mais plus profondément le beau nous fascine pour d'autres motifs.

II.                Le beau nous fascine parce qu’il véhicule du sens et des valeurs. Il prétend même parfois dévoiler la vérité ultime invisible des choses.
Platon disait déjà que « la beauté manifeste l'ordre des choses » ou encore « la beauté est la splendeur du vrai ». Cette idée sera reprise par Saint Thomas d’Aquin et surtout par Hegel au 19e siècle. Hegel était féru d'art. Il parcourait les différents musées d'Europe pour vérifier ses théories esthétiques qu'il publiera vers la fin de sa vie, en 1830. Il mourra en 1831. Hegel est convaincu que chaque œuvre sous-tend une conception implicite du monde. Il est un des premiers à mettre en relation la vérité d'une culture dans toutes ses dimensions économiques, politiques, sociales et le type de beauté qu’elle produit.
Par exemple, Hegel va montrer que le sphinx dans la civilisation égyptienne des
pharaons, cet être énigmatique doté d'un corps de félin et d'une tête d'homme, symbolise la condition de l'homme égyptien. Sa beauté nous fascine car elle nous dévoile la vérité d'une civilisation où la nature était omniprésente et dominée par les crues du Nil parfois imprévisibles tandis qu’un système d'irrigation se mettait lentement en place. Le félin dans son corps imposant symbolise la nature sauvage tandis que la tête humaine symbolise la culture qui se dégage progressivement de la nature. La puissance de la beauté c’est d’irriguer en nous à travers une forme sensible, un sens, un contenu de signification. Nous disons c’est beau parce que nous sentons intuitivement que c'est vrai et qu'une vérité affleure.
Autre exemple proposé par Hegel : les nombreuses statues d'Apollon retrouvées en
Grèce. La Grèce a inventé la philosophie et la démocratie fondées sur le dialogue, la raison, la délibération. Ce sont des pratiques qui valorisent la juste mesure. Or justement Apollon est symbole d'équilibre, d'une perfection bien proportionnée. Apollon c'est à la fois un homme est un dieu ou un dieu à la mesure de l'homme. Les Grecs adoraient Apollon car ils retrouvaient leurs valeurs sous une forme sensible. Ils s’identifiaient à leur dieu.
Autre exemple : la peinture hollandaise représentant des villageois, des scènes champêtres réunissant des paysans, des marins ou des commerçants qui aiment bien boire ou manger ou danser. Breughel l’Ancien, par exemple, montrait ses plaisirs simples. Cette peinture symbolise selon Hegel la teneur de l'esprit flamand. L'histoire de la Hollande était à l'époque assez pesante. Les habitants étaient asservis par de
grandes puissances avec un climat peu clément, ils devaient beaucoup travailler soumis à d'une domination étrangère. Bref se retrouver ensemble dans des sortes de banquets conviviaux à la campagne ou au dans les ports leur permettait de faire face à une situation politique complexe et lourde.
Le sens est donc essentiel. Peut-être lorsqu'une œuvre d'art ne nous touche pas c'est parce que sa signification nous manque. Par exemple en 1985 à Paris, l'artiste Christo, certains s'en souviennent peut-être, avait recouvert le Pont-neuf le d'une immense toile blanche. Le Pont neuf était dit « emballé » en face de la Samaritaine qui n'avait pas encore fermé ses portes. Ce fut d'abord un scandale et peu de gens voyaient de la beauté dans cette œuvre. Puis progressivement l'humidité de la Seine imbibant le voile blanc, on vit transparaître la beauté du Pont-neuf autrement. Il fallut paradoxalement recouvrir, voiler le Pont-neuf pour révéler, dévoiler sa beauté. Alors la beauté fit sens et beaucoup de Parisiens reconnurent le Pont-neuf emballé comme une œuvre d'art dégageant de la beauté.

III.           Le beau nous fascine parce qu’il fait échec à la mort.
C’est Malraux, en particulier, qui a exprimé cette idée forte que l'art et le beau fondent comme « un anti-destin ».
Notre destin, notre sort, notre fatalité, c'est de vivre dans les difficultés, de souffrir et de mourir. Le monde réel est marqué par toute sorte de limitations, de contraintes, la lourdeur, la pesanteur, les obstacles, la médiocrité, la monotonie, la routine, la lassitude, les soucis, la douleur et pour finir la mort.
Or les œuvres d'art ont le mérite de devenir quasiment immortelles. La beauté des pyramides d'Égypte, des pagodes chinoises, des masques africains, des cathédrales romanes et gothiques ou des temples grecs sont comme l'assurance d'une certaine immortalité.
Nous-mêmes en communiant à ces beautés qui défient le temps, nous trouverons une force, une énergie, une densité nouvelle. Nous éprouvons que nous pouvons vivre plus intensément. La beauté, qui demeure et résiste au temps qui passe, nous rassure. La mort n'aura pas le dernier mot, c'est un peu ce que dit la beauté à la mort.
François Cheng dans ses « cinq méditations sur la beauté » va plus loin encore. « Chaque expérience de beauté rappelle un paradis perdu et appelle un paradis promis ». « Chaque expérience de beauté, si brève dans le temps, toute en transcendant le temps nous restitue chaque fois la fraicheur du matin du monde ».
Dans ses dernières méditations publiées récemment, celles sur « la mort autrement dit sur la vie », il fait l'observation suivante : l'univers n'était pas obligé d'être beau. Il aurait pu se montrer simplement fonctionnel et utilitaire. Il décrit d'ailleurs en quelques pages fulgurantes la présence éblouissante de la nature, comme la beauté de l'âme et de l'esprit. Et il s’interroge : est-ce que cela ne trahit pas une « intentionnalité » qui ne peut provenir du hasard et qui ne peut que nous interpeller ?
Par conséquent la mort ne peut pas faire comme si la beauté n’existait pas. La beauté nous propulse sur le chemin de l'absolu, du divin, de ce qui nous dépasse. La beauté nous aspire vers un ailleurs, vers quelque chose de plus grand que nous.
C'est ce qu'exprime aussi François Jullien, grand spécialiste de la pensée chinoise, dans le texte « Cette étrange idée du beau ». Nous ne pouvons plus nous contenter de l' « ici » depuis que la beauté nous a parlé de « là-bas et de l'ailleurs ». « Nous frissonnons d'avoir entrevu cet ailleurs. » Voilà pourquoi le beau nous console, nous soulage, nous rassure. Un philosophe comme Nietzsche a bâti une partie de sa philosophie sur cette idée. Heureusement que l'art et le beau délivrent des illusions ; cela nous permet de ne pas mourir, d'être entièrement mortels : « Nous avons l'art pour ne pas mourir de la vérité ». (La vérité de notre finitude bien sûr).
Un exemple très concret nous est relaté par Eric-Emmanuel Schmitt dans un court roman « ma vie avec Mozart », roman autobiographique. Il raconte que lors de ses 15 ans, obsédé par la mort, il était assiégé par des idées suicidaires. Il voulait mourir, il avait tout prévu. Et puis avec son école il eut l'occasion d'assister à des répétitions des « Noces de Figaro » » de Mozart à l'opéra de Lyon, où il habitait. Le temps s'est alors arrêté, ce fut une révélation. Puisque de si grandes beautés existaient, alors il lui fallait vivre à tout prix. Probablement beaucoup d'adolescents et même d'adultes trouvent dans la musique et dans la beauté la force de vivre.
Voilà j'ai exprimé moi-même avec l'aide des philosophes en quoi et pourquoi le beau me fascine. Je n'exclus pas que le mystère demeure. Angélus Silésius, un moine poète et  mystique du 17e siècle disait «  la rose est sans pourquoi ». On pourrait le  dire aussi du sourire de la Joconde. La beauté c'est une pure présence, une plénitude.
« L’amandier en fleurs » de van Gogh illustre la beauté comme symbole de l'éclosion de la vie. Ce tableau a été réalisé pour la naissance de son neveu, un autre Vincent (Le fils de Théo), en 1890. Un autre tableau a été commenté : La nuit étoilé. Il représente au contraire la pire nuit de l'âme, réalisé peut-être en 1889, peut-être en 1890, quelques mois avant sa mort. L'espace y est agité de turbulences ; un cyprès noir qui ressemble à une flamme haute s'élance dans le ciel. C'est peut-être Van Gogh lui-même ; mais au milieu de ce grand séisme, des étoiles comme des soleils virevoltent. C'est peut-être un symbole d'espoir.
Je propose que chacun disent ce qui le fascine dans le beau et ce qui ne le fascine pas. La question du beau est abyssale. On ne peut pas dire les choses une fois pour toutes. On peut seulement enrichir indéfiniment le débat.




ooooooooooooooooooooooooooooooooo

Propos échangés

+ Le beau, c’est ce qui provoque l’émotion. Le cerveau entre en résonnance.
+ La beauté fait oublier la mort parce qu’elle est la vie.
+ La vue a le plus grand rôle, mais il y a aussi la danse, la beauté morale, la littérature.
+ Tout le monde a son idée du beau. L’artiste cherche le beau et le sens.
+ Le beau est-ce un moyen ? L’univers sans observateur est-il beau ?
+ Trois sortes de beaux : l’univers, l’artiste, l’artisan.
+ « J’écris pour comprendre pourquoi j’écris. » Ionesco.
+ L’art dit l’esprit et l’âme.
+ Dieu et l’art ont changé de visages.
+ Pourquoi les artistes sont–ils souvent des gens torturés ?
+ Le beau c’est uniquement de l’émotion personnelle qui me procure du bien-être ici et maintenant.
+ L’art contemporain a voulu faire de l’expérimental à tout prix.
+ On peut être insensible à certaines beautés.
+ Il faut étudier certaines formes de beau pour les comprendre.
+ Bourdieu parle de violence symbolique qui fait croire que le standard arbitraire est légitime.
+ Le but est de séduire. Le Louvre sert à séduire les touristes.
+ Malraux parle « d’art d’assouvissement ».
+ Le beau est la promesse du beau.
+ Deux catégories de beau : objective et relative.
+ Bon et beau sont différents mais liés.
+ Comment vivre sans la grâce du beau ? Elle n’est pas donnée à tout le monde.
+ Le beau est une lutte.
+ Je n’ai pas besoin de culture pour aimer l’art.
+ Pourquoi quelque chose ne plait pas ?
+ On peut être fasciné par ce qui dégoute.
+ Le beau qui n’est qu’intéressé n’est pas beau.
+ Je préfère « le laid » de ma nourrice.
+ Le mot «beauté » n’est pas beau.
+ Beauté de la nature, beauté des œuvres humaines.
+ On peut réaliser de beaux tableaux avec de la laideur. (Bœuf écorché de Rembrandt ou Retable d'Issenheim )
+ Les enfants ont naturellement des aptitudes à voir le beau.
+ C’est une question d’éducation. L’apprentissage rend sensible.
+ Le beau entre en résonnance avec l’être intime. Il rappelle le mystère de la vie. Il est dans le geste et dans le regard. La contemplation est désintéressée.
+ La beauté de l’œuvre échappe à l’artiste.
+ C’est une façon de s’élever et de grandir.
+ La télé apporte le meilleur et le pire.
+ Il n’est pas toujours facile de discerner le beau. Certaines œuvres sont lassantes, d’autres sont plaisantes avec l’habitude.
+ Le courage, le dévouement sont des formes de beauté.
+ On se demande si certaines œuvres sont réellement réalisées par des humains.
+ Le beau fait que la vie mérite d’être vécue.
+ Le beau c’est le goût, c’est le parfait.
+ C’est un apaisement. On est arrivé quelque part.

Sur les petits papiers
+ Le beau est polymorphe ; il est partout, en tout, il elève de l’intime en nous en nous procurant du plaisir, de l’émerveillement. Il touche le divin et nous rend heureux et humbles.
Le beau est appréhendé différemment si l’on est éduqué ou pas à regarder, écouter...etc.
+ Le beau est aussi moral : une belle actio, une belle âme, cela aussi nous fascine.
+ Beau>apaisement>perfection>émerveillement>finitude ? Une belle personne ?
+ Le beau n’est-il pas le résultat de la charge émotionnelle que déverse sur une œuvre celui qui la regarde.




ooooooooooooooooooooooooooooooooo

Poème de Jeannine-Dion Guérin

à quoi bon la beauté,

Des poètes les mots
se doivent d’être habités
C’est alors qu’ils sont beaux

De la toile du peintre
à quoi bon éradiquer
l’envol lourd des corbeaux ?

Du corps sculpté nu
pourquoi adoucir le sein
qui en vérité s’affaisse ?

Quelle définition du beau ?
Quoi de sa nécessité ?

Tout relève de l’art
pour qui sait comme tel
le sentir et l’authentifier

Seul le visage humain
qui prend masque
perd de son humanité

Tout est beau au contraire
à celui qui témoigne
pourvu qu’il sache incarner

le mot AMOUR

Jeannine Dion-Guérin
    Inédit du 10/02/2014





Aucun commentaire: