Station "L'homme et le cosmos"

Station "L'homme et le cosmos"
Cadran solaire analemmatique - juin 2014

Contacts

Retrouvez facilement les sites Internet du Chemin du philosophe en tapant "cheminphilo" sur votre moteur de recherche Internet préféré.

Pour découvrir le Chemin du philosophe : un petit film

Pour mieux nous connaître :
site internet

Pour télécharger la brochure 2015 du Chemin du Philosophe

Pour trouver le Chemin du Philosophe : carte (avec le GPS, programmer 177, rue de Paris, Montlignon, le parking est proche)

L'adhésion à l'association implique une éthique de neutralité et de tolérance ainsi qu'une étiquette de courtoisie.
Pour adhérer à l'association ou renouveler annuellement :
Bulletin
d'adhésion

Pour nous écrire : cheminduphilosophe(arobase)wanadoo.fr



ACTIVITES DE L'ASSOCIATION

PROGRAMME DES ACTIVITES

NOS CAFÉS PHILO

Nos cafés philo fonctionnent selon les principes de respect des intelligences, de neutralité et de partage

énoncés, par exemple, sous l'onglet "Qu'est-ce?" du site de cafesphilo.org ou la vidéo

en général les derniers vendredis du mois, sauf pendant les vacances scolaires

A 20 heures, 11 rue Ferdinand Lesseps à 95570 Bouffémont Plan

(Photo +Parking derrière l’immeuble de la Poste)

La participation est libre.

Prochains cafés philo

préparés et animés par Catherine Delaunay et Pierre Haller

Vendredi 29 septembre 2017 : « Qu’est-ce qui nous rassemble ? »

Vendredi 20 octobre 2017 : « Qu’est-ce que la normalité ? »

Vendredi 24 novembre 2017 : « La reconnaissance : une valeur ou un leurre ? »

ooo

Programme 2017 de « TOUS PHILOSOPHES ! »

avec le Réseau des médiathèques de Val Parisis

Télécharger le programme 2017 « Tous philosophes » ou voir sur le site Internet de ces médiathèques.

+ Cafés philo préparés et animés par Catherine Delaunay et Pierre Haller

- Samedi 4 novembre 2017 à 15 h : Médiathèque d’Ermont. « L’autre et moi ».

ooo

+ Cours d’initiation sur l’histoire de la philosophie (1 h 30) par Catherine Delaunay

- Samedi 7 octobre 2017 à 15 h : Médiathèque d’Eaubonne. « Descartes et l’émergence du rationalisme ».

ooo

Sortie familiale

- Samedi 14 octobre 2017 de 14 h 30 à 16 h 30 : Sortie familiale sur le Chemin du philosophe en forêt avec jeux pour les enfants de 6 à 12 ans. Ouvert à tous.

Rendez-vous à 14 h 30 devant le Château de la chasse . Inscriptions chriseeb@free.fr

ooo

Sortie d’hiver

+ Dimanche 3 décembre 2017 de 10 h à 12 h 30 : Sortie d’hiver annuelle sur le Chemin du philosophe en forêt domaniale de Montmorency sur le thème : « Passer l’hiver». Rendez-vous devant Château de la chasse.

dimanche 29 mai 2011

Les Saisons en Forêt sur le Chemin du philosophe le 29 mai 2011



Treize promeneurs ont participé à cette sortie organisée sous l’égide de l’ONF et du Conseil général du Val d’Oise. Apparemment plusieurs personnes n’ont pu se joindre à temps à cette agréable escapade en raison de la fermeture de la route départementale où se déroulaient des courses cyclistes dans le cadre d’un triathlon local. C’est avec plaisir que nous avons constaté que certaines personnes du public connaissent déjà bien le Chemin du philosophe et que les autres trouvent la démarche très intéressante.
Le thème de la promenade était l’imaginaire lié à la forêt, qui est une image du clair-obscur de l’inconscient selon le psychologue Carl Gustav Jung (1875-1961). Tour à tour ont été évoquées la forêt protectrice, la forêt menaçante et la forêt mystérieuse. Nous avons lu des passages de textes de Pablo Neruda, La forêt chilienne ; de Jean-Jacques Rousseau, Les rêveries d’un promeneur solitaire ; La rencontre en forêt de Tristan et Iseult avec l’ermite Ogrin ; de Jean Giono, L’homme qui plantait des arbres. La promenade s’est terminée par un goûter fort convivial au bord de l’étang du Château de la chasse. Cette sortie a permis également à Denis, le responsable local de l’ONF, de partager des informations intéressantes sur l’exploitation de la forêt.

Compte rendu du café philo du 27 mai 2011 - Valeurs communes




Dix-huit personnes ont participé à ce café philo sur le thème : « Y a-t-il des valeurs communes à toutes les cultures ?" Nous prions les personnes qui se sont heurtées au portail fermé du parc de la mairie de bien vouloir nous excuser. Nous avons raté le passage de l’employé municipal chargé de la fermeture...

Qu’est-ce qu’une valeur ? C’est ce qui vaut, pour moi ou pour beaucoup de personnes. C’est aussi ce qui vaut en soi, comme un absolu. Les valeurs appellent au dépassement et à la transcendance. Elles peuvent varier dans le temps et selon les cultures. Elles peuvent  être transgressées ou contestées. Les liens entre culture, qui est l’ensemble des productions matérielles et intellectuelles transmises entre générations, et les valeurs sont paradoxaux. Les valeurs universelles ne devraient pas changer selon les cultures, or les cultures ne sont pas universelles.
Dans l’ordre du jugement, il convient de différencier les jugements de valeurs et les jugements de faits. Les valeurs sont spécifiques à de nombreux domaines : religieux, moraux, économiques, politiques, psychologiques, esthétiques, logiques.
Leurs origines sont multiples : des religions, des dieux, des sociétés, des individus, de la nature des choses. Elles fonctionnent à différentes échelles d’espace, de temps et de complexité sociale.
Certaines valeurs sont liées à la survie de l’espèce animale, il s’agit de comportements instinctifs sélectionnés au cours de l’évolution : respect  de la vie des semblables, protection des enfants et des femelles, appartenance à un groupe, défense du territoire, hiérarchie sociale, auto-défense. D’autres valeurs sont issues directement des besoins fondamentaux : nourriture, habitat, santé, sécurité, éducation, sens de la vie, transcendance, reconnaissance de soi.
Faut-il hiérarchiser les valeurs ? Y a-t-il des valeurs suprêmes telles que Dieu, la vie, la liberté ?
Lorsqu’on pousse à leurs extrêmes beaucoup de valeurs ne sont plus compatibles entre elles, par exemple : liberté, égalité et fraternité ; égalité et progrès ; amitié et vérité. Les systèmes de valeurs des civilisations sont tous nécessaires mais insuffisants pour assurer un développement harmonieux ou équitable de la condition humaine. Ils finissent par se contredire eux-mêmes, à travers la violence institutionnelle, par exemple. L’imposition de valeurs politiques ou religieuses  a souvent justifié des moyens en contradiction avec ces valeurs.
Dans notre époque de post-modernisme, le concept de valeur semble aux yeux de certains perdre lui-même de la valeur. Tout deviendrait relatif tout se vaudrait.
Les valeurs vertueuses  et morales sont toujours affichées par les religieux, les hommes historiques,  les nationalistes, les politiciens, les révolutionnaires, les conservateurs, les médias, les séries télévisées, les ONG, les lobbies professionnels et leurs communicants. Ces acteurs en constituent souvent des vecteurs de transmission et parfois les instrumentalisent. En général on ne peut pas ne pas être d’accord avec leurs valeurs, partiellement du moins. En y adhérent on peut acquérir le sentiment d’être vertueux. Elles fondent des identités de groupes. Elles sont cependant appliquées avec des modalités sujettes à caution.
Les pratiques relevant de non-valeurs,  communes à pratiquement toutes les civilisations : esclavage, violences, ségrégations sociales, raciales, religieuses ou sexuelles, prédation sociale, prédation du milieu naturel, pornographie, prostitution, corruption, groupements claniques ou maffieux, boucs émissaires, violences policières, abus de pouvoir, torture.
Selon les simulations informatiques de la dynamique des populations, une société devrait comporter des altruistes et des prédateurs pour fonctionner durablement. A chacun de choisir son camp ?
Valeurs portées par des institutions internationales : ONU, la paix ; Unesco, la culture ; OMS, la santé ; OMC, le libre commerce (Loi du plus fort ?) ; TPYI, la justice  (justice des vainqueurs ?) ; Interpol, la police ; Amnesty International, lutte contre la torture et la peine de mort ; Inspection internationale des prisons.
Il apparaît que tout système pour durer doit se référer à des valeurs  qui le surpassent. 

Paroles entendues :
Le don, l’équité sont dans toutes les sociétés.
Les valeurs en temps de paix ne sont pas les mêmes qu’en temps de guerre.
On ne peut pas imposer des valeurs.
Il vaudrait mieux parler d’invariant que de valeur.
Dans le monde du travail, l’intérêt prime sur les valeurs.
Les valeurs dépendent des circonstances.
Tout comme pour l’éthique, il faut considérer les valeurs de conviction et les valeurs de responsabilité.
La valeur n’est rien si elle ne se traduit pas dans le concret.
Mon système de valeurs tient-il compte du système de l’autre ?
Servir une valeur, c’est une valeur.
Comment rendre compatibles les valeurs ?
La seule valeur, c’est la survie.  - Pas nécessairement.
Il faut se méfier des valeurs qui sont déclarées universelles.
Si l’élaboration des valeurs est darwinienne, c’est qu’on n’a pas le choix.
La courtoisie, la diplomatie sont des valeurs.
Beaucoup de valeurs sont informulées et simplement vécues, comme l’amitié, le bien-être.
Parler de vertu n’est pas la vertu.
Seuls les actes comptent.
La mondialisation rend certaines valeurs universelles : liberté, égalité, paix...
Les valeurs s’enrichissent mutuellement. Les cultures s’enrichissent mutuellement.
Les valeurs donnent des droits et des devoirs.
L’Europe est-elle un modèle de valeur ? Elle n’a pas eu  besoin d’un ennemi extérieur pour se construire. Mais son projet humaniste n’est-il pas  remis en cause par ses implications dans le capitalisme sauvage et les politiques migratoires de ses nations ?
« L’anthropologie nous apprend que chaque coutume, chaque croyance, si choquantes et irrationnelles qu’elles puissent nous paraître quand nous les comparons aux nôtres, font partie d’un système dont l’équilibre interne s’est établi au cours des siècles, et que, de cet ensemble on ne peut supprimer un élément sans risque de détruire tout le reste. » Levi-Strauss dans L’anthropologie face 

samedi 28 mai 2011

Compte rendu de l’AG et de la fête annuelle du 21 mai 2011.





Aux dires des participants cette fête annuelle du Chemin du philosophe dans le domaine de Bois Corbon en forêt domaniale de Montmorency, fut un succès ; un peu avec l’aide de la clémence de la météo.
L’Assemblée générale annuelle, malgré son caractère formel, a satisfait les quelque vingt présents sur les soixante dix adhérents de l’association. Le conseil d’administration a été renouvelé, les finances sont saines et les différentes activités de l’année écoulée ont touché quelque huit cents personnes, sans compter les visiteurs inconnus en forêt, sur le blog ou sur le site Internet. Il n’y a plus qu’à poursuivre le Chemin du philosophe sur cette voie.
La partie festive avec le buffet forestier et théâtre a réuni soixante personnes, quantité maximum pour les locaux de Bois Corbon. Danielle et Denise ont coordonné et préparé les excellentes nourritures terrestres. Certains ont apporté des gâteaux et autres délicatesses. Jean-Marie a réussi à obtenir plusieurs bouteilles de superbe Pinot d’Alsace de chez Joseph Fritsch de Kientzheim (68240), qu’on ne peut que recommander.
La Troupinette et ses six acteurs amateurs (Julie pour la mise en scène, et Brigitte, Catherine Andréa, Jean-Eric et Patrick) nous ont enchantés  pendant une heure et quart avec leur pièce « Ça Va ? ». Ils ont réussi à nous émouvoir et nous faire rire avec des scènes se déroulant dans un hôpital psychiatrique à partir de textes de Molière, Jean-Michel Ribes, Jeanine Worms, Murielle Robin et Xavier Durringer. La thématique était proche des conclusions de notre dernier café philo sur la normalité, à savoir que les frontières de celle-ci sont souvent floues.
La poétesse Jeanine Dion-Guérin, avec un talent tout professionnel, a déclamé un de ses poèmes sur « Le trac » ainsi que  « La femme noire » de Léopold Senghor
Femme nue, femme noire
Vétue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté
J'ai grandi à ton ombre; la douceur de tes mains bandait mes yeux...
Patrick, président de la Troupinette, nous a servi quelques suppléments littéraires en fin de soirée, histoire de terminer en apothéose.